Vous cherchez quelque chose ?

24 sept. 2010

Le bonheur est salutaire pour le corps; mais c'est le chagrin qui développe les forces de l'esprit.


A chaque nouvelle peine trop forte, nous sentons une veine de plus qui saillit, développe sa sinuosité mortelle au long de notre tempe, sous nos yeux. (...)

Mais puisque ces forces peuvent se changer en d'autres forces, puisque l'ardeur qui dure devient lumière et que l'électricité de la foudre peut photographier, puisque notre sourde douleur au coeur peut élever au dessus d'elle un pavillon, la permanence visible d'une image, à chaque nouveau chagrin acceptons le mal physique qu'il nous donne pour la connaissance spirituelle qu'il nous apporte (...) pour la rendre plus solide au fur et à mesure que les émotions effritent notre vie, s'ajouter à notre oeuvre. Les idées sont les succédanés des chagrins, au moment où ceux-ci se changent en idée ils perdent une partie de leur actions nocive sur notre coeur, et même au premier instant, la transformation elle-même dégage subitement de la joie.

G. Proust, Le temps retrouvé (1927)

2 commentaires:

Tchit a dit…

Merci <3 je crois que je vais méditer là-dessus quelques mois.

Anonyme a dit…

ton profil est interessant contacte moi stp.