Vous cherchez quelque chose ?

24 nov. 2012

Le film à aller voir : A.L.F.

Il y a quelques temps, une amie me parlait d'un film qui allait sortir,  A.L.F. "Un film qui parle de la torture des animaux dans les labo et des mecs qui les libèrent" me disait-elle à peu près. Un peu rebutée par ce vague pitch mais très sensible à la cause animale, j'ai regardé la bande annonce sur le net.


Curieuse, je suis allée voir ce film jeudi dernier. Durant 1h36 min, je me suis pris une sacrée claque. A.L.F raconte l'histoire d'un mec banal, prof de théâtre, doux, sympathique. Mais voilà, Franck Kovick fait partie dans l'ombre d'un mouvement considéré comme un des mouvements terroristes parmi les plus dangereux au monde : l'A.L.F. Animal Liberation Front. 

affiche_alf

Arrêté à la suite d'une opération de kidnapping de chiots destinés à la vivisection, Fanck se retrouve interrogé par un capitaine de police coriace : Olivier Chartier. Débute alors un huit clos entre les deux hommes, ayant chacun leurs propres failles, mais surtout, animés par leurs propres convictions intimes. Toujours au bord de l'explosion, ce face à face entre les deux personnages nous tient terriblement en halène. Car au delà d'avoir pour principal sujet la condition animale, et en plus de révéler des faits tabous sur la manière dont l'Homme traite les animaux, ce film parle incontestablement de la nature humaine et des rapports entre nos idées, nos croyances, et nos actes. Jusqu'où peut-on aller pour défendre une cause ? Est-ce que la loi est juste ? Est-ce que nos actes peuvent être justifiés par nos croyances ? C'est ce que le scénario pose comme questions, sans jamais donner de réponses arrêtées. J'ai aimé le caractère non-moralisateur de ce long-métrage. Il ouvre des portes au lieu de sombrer dans le banal schéma manichéen, trop présent dans le cinéma d'aujourd'hui à mon goût.

ALF_FP3

Le film est donc mené par cet entretient entre le suspect et l'enquêteur, mais également par les souvenirs de Sarah, une journaliste venue faire un reportage sur le commando de Franck quelques jours avant son arrestation. On la voit évoquer, dans le bureau de son psychologue, le processus dans lequel elle s'est engouffrée au fur et à mesure après sa première rencontre avec Franck et ses idées. Alice Pehlivanyan est brillante dans ce rôle. Coups de cœur également pour Jean-Pierre Loustau, qui nous offre une interprétation de son personnage de flic toute en nuances, et pour Stéphane Rouabah, acteur lui aussi méconnu et doté d'une présence indiscutable. 

ALF_Yann

De la préparation d'une mission de sauvetage d'animaux à "l'après", ce film relate l'histoire de gens comme vous et moi, mais qui ont peut être un petit quelque chose en plus, quelque chose qui meut leurs vies, derrière leurs métiers et leurs familles : la force d'agir. Tout le monde en effet ne peut pas prétendre se battre pour ses idées. Surtout quand il s'agit de se battre sans violence, et pour faire valoir la vie.

ALF+PHOTO3

Enfin, le film est ponctué par des images choc, issues d'archives de laboratoires et de caméra cachées, qui nous donne à voir le terrible spectacle de la torture que l'on fait subir aux animaux, être vivants "sans voix" que l'on sacrifie dans le silence le plus total. Je ne vous cache pas avoir fondue en larmes devant la cruauté de certaines scènes. Boycotté par les salles, pour des raisons de lobbying évidentes, A.L.F n'en est pas moins un bon film français, dynamique, avec de beaux plans, très bien interprété, et à véritable message. Vous ne dépenserez pas 10€ pour rien. Voici la liste des salles qui le programme, par ville. Jérôme Lescure est selon moins un réalisateur à suivre.

ALF_Franck-Kovick

20126900.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20120601_025209

Davia

Aucun commentaire: